La postproduction

Ce que l’on nomme régulièrement montage n’est en fait que la partie émergée de l’iceberg de la postproduction.

Le montage vidéo

Avant toute chose : que serait un film sans montage ? Un souvenir qui n’a de sens que pour le vidéaste à la rigueur, mais ne procure aucune sensation à qui que ce soit d’autre.

Oui il faut impérativement, et au minimum des minimums, monter les « rushes ».

Dans le cas d’une post-production minimaliste, le montage vidéo revient à découper et coller des séquences pour en faire un métrage, court ou long selon le projet, avec les quelques étalonnages nécessaires et une bande son.

Maintenant si l’on veut une véritable qualité professionnelle, et a priori c’est pour cela que vous lisez cette page, un film doit aussi être vivant, rythmé. Un remappage temporel pour accélérer ou ralentir des séquences est ici une technique d’animation à l’efficacité redoutable. Et pour y recourir il faut l’avoir prévu avant le tournage, afin d’avoir filmé avec la quantité d’images par seconde adéquate.

Vous l’aurez compris, ce qui va déterminer le type de montage ? Votre projet et votre audience.

Le compositing

La post-production peut être également très poussée, et cela même sans développer un projet de science-fiction.

Appliqués à des vidéos corporate, des campagnes promotionnelles, des clips vidéo, même des documentaires les divers effets spéciaux soulignent, renforcent, éclairent la vidéo d’un filtre cognitif approprié.

Film promotionnel faisant appel à différents traitements en postproduction

C’est aussi en postproduction que l’on incrustera une image sur un écran, des décors aussi si l’on a pris la précaution de filmer sur fond vert. Une fois de plus les traitements de postproduction dépendront du scénario imaginé avant le tournage.

Une technique plus graphique et abstraite de traiter l’image vidéo est le Motion Design, en d’autres termes l’animation graphique. Ces éléments peuvent être en 2D ou en 3D. L’important étant que cela ait du sens.

Le motion design peut être figuratif ou abstrait ; il arrive aussi qu’il ne mette en scène QUE du texte. Cette technique d’animation graphique est porteuse de sens, parfois d’émotion, sans avoir besoin de les nommer. Ce ressenti est une force dans la compréhension et la mémorisation de la communication visuelle.

La postproduction est donc obligatoire dans la réalisation d’un film, même dans sa version la plus simple. Elle peut aussi parfaitement combiner des techniques, comme par exemple marier des scènes filmées et d’autres techniques d’animation.