Le tournage d’un clip vidéo

Zoom

Qu’il soit question de film institutionnel, de clip musical, de reportage vidéo, le tournage d’un film est la deuxième étape dans la réalisation d’un film.

Oui, la deuxième ; la première étant l’écriture du scénario.

La première phase : scénario et storyboard

Absolument fondamentale, la phase d’écriture du scénario permet de se poser les questions structurantes pour réaliser un projet qui atteint son objectif.

Ce travail préparatoire établit aussi les besoins le jour du tournage : maquillage, lumières, décors, fond vert, prompteur,… Et bien sûr le matériel de captation sonore et la caméra et ses accessoires (focales, filtres, pied, stabilisateur, etc.).

Il nous évite aussi de passer à côté de prises de vues par manque de préparation.

C’est alors que nous définissons les acteurs et figurants à mobiliser devant être présents lors du tournage, quel que soit le type de film à réaliser.

Seule phase où le présentiel est incontournable, il est essentiel de limiter les jours de mobilisation des personnes. C’est pourquoi une préparation détaillée avec un storyboard validé est un gage de bon début, et ne devrait pas laisser de place à des écueils.

Deuxième : le tournage en lui-même

Même si le film est destiné à subir une compression pour le web, je filme et délivre un rendu HD (1920 x 1080 px). Autant on peut dégrader une bonne qualité pour du gain de poids de fichier, autant on ne peut améliorer une définition basse d’origine.

La captation sonore quant à elle, encore plus exigeante et essentielle que l’image, doit être impeccable. Pour optimiser la qualité sonore, le son doit être pris au plus près de la source. C’est pourquoi j’utilise un micro-cravate pour les interviews, et un micro supercardioïde dans la plupart des autres productions (dialogues, voix off, instruments de musique…). Le mixage ne fera pas de miracles sur un son mal pris. Contrairement à la postproduction qui a plus d’une corde à son arc.